Publicités

Afrique : Les reformes de Macky Sall et Alpha Condé, deux dynamiques en opposition de phase ?

En Guinée, Alpha Condé chercherait à introduire une nouvelle constitution qui selon ses promoteurs, prévoirait un poste de vice président. Un nouveau poste qui au goût de certains observateurs ne serait qu’une friandise qu’opposants et courtisans pourraient s’atteler à plutôt s'arracher, pendant que lui il s’ouvrirait la porte sur une nouvelle présidence.

Par contre au Sénégal, Macky Sall fait voter une loi sur la suppression du poste de premier ministre. Ce qui permettrait à l’État de faire une économie de plusieurs  milliards de francs CFA sur le budget national.

En plus, bon nombre d'élus de la majorité martèlent  que cette reforme  lui permettrait d’avoir un contrôle plus direct sur ses ministres afin d’aller plus vite dans les procédures administratives. À noter toutefois, la désormais abrogation de la disposition donnant au président de la République Sénégalaise, la possibilité de dissoudre l’assemblée nationale du pays. img_3376

Il faut préciser que cette volonté affichée par le président sénégalais ne va pas sans critiques de la part de ses détracteurs, mais nombreux sont les parlementaires qui soutiennent ce projet de loi et parmi eux, Néné Maréme KANE, Députée et responsable politique à Kanel:

"Ce que nous nous avons à coeur, nous avons à tirer comme parlementaire, c'est d'abord saluer l'avènement de cette loi qui va apporter beaucoup à notre autonomie temps que pouvoir législatif. Parce qu'en réalité, les gens qui sont entrain de la critiquer ne sont pas allés en profondeur dans l'essence même de la loi. Le président de la République, le fait même qu'il ne puisse plus dissoudre l'assemblée nationale, je pense que c'est déjà une victoire de notre assemblée et en même temps nous n'avons rien perdu de notre prérogative en temps que contrôleur de la gestion des affaires publiques. Nous pouvons contrôler aussi bien les ministres qui seront toujours présents pour les questions orales que les Députés voudrons bien leurs poser. Dans le fond, si vous voyer que le président est allé jusqu'à supprimer un pallier de la procédure administrative de notre pays, c'est pour pouvoir aller vite, c'est donc pourquoi nous saluons cette loi parce qu'on ne peut qu'en même pas cracher sur 7700 millards et avec toutes les promesse que le président a faites pour ce pays là, nous voulons qu'il aille vite, lui-même veut aller vite, alors il faut que nous la votions", a-t-elle argumenté.

Quoi qu’il en soit, tenté l'on est de souligner que les dynamiques politiques de ces deux États voisins présentent un contraste saisissant.

Madrid Diallo, 

pour Kassianews.com


Publicités

Donnez votre avis dans l'espace commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram did not return a 200.
%d blogueurs aiment cette page :