Publicités

Élections en Afrique du Sud: les électeurs entre amertume et déception

En Afrique du Sud, on vote ce mercredi pour des élections législatives et provinciales. Le Parlement désigné à la fin de cette journée aura ensuite la tâche d’élire le prochain chef de l’État. Des élections qui coïncident avec le 25e anniversaire de la fin de l‘apartheid. L’ANC, le parti au pouvoir, est certain de garder sa majorité et donc son président Cyril Ramaphosa d’être réélu même s’il est de plus en plus contesté dans le pays.

Il y a de l’amertume et de la déception au niveau des électeurs rencontrés ce matin dans un bureau de vote du quartier de Sophiatown de la banlieue ouest de Johannesburg. Dans ce quartier de classe moyenne, très mélangé, Blancs, Noirs, Indiens, les électeurs en veulent au parti au pouvoir de ne pas avoir tenu ses promesses. Vingt-cinq ans après la fin de l’apartheid, ils veulent que le gouvernement s’attaque à la corruption et au chômage. Ce scrutin risque d’être un avertissement à l’ANC.

« Il faut arrêter les promesses et agir », disent ses électeurs. Reste à savoir comment va se traduire ce désaveu dans les urnes. L’ANC reste en effet loin devant ses rivaux et va conserver sa majorité au Parlement, mais avec quelle avance ? Certains électeurs veulent tout de même croire que le chef de l’État, Cyril Rapaphosa, est l’homme du changement. Il a notamment promis de relancer l’économie.

Mais l’on risque d’assister à une montée en puissance de l’opposition qui d’année en année grignote l’électorat indécis de l’ANC. C’est le cas du parti de la gauche radicale de Julius Malema qui est en train de rafler le vote des jeunes et des plus pauvres. C’est notamment le cas dans les townships comme à Alexandra à Johannesburg.

  RFI
Publicités

Donnez votre avis dans l'espace commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram did not return a 200.
%d blogueurs aiment cette page :