Publicités

Politique |Ousmane Gaoual :  » Le procureur de Dixinn est… »

Après le refus du bureau de l'assemblée national de lever l'immunité parlementaire de  l'honorable Amadou Damaro Camara, afin qu'il réponde devant la justice des accusations portées contre lui par un collectif de magistrats, les critiques fusent d'un peu partout.

Il est clair que dans ce pays, la politique a pris le pas sur la justice. En outre, indépendamment  du sentiment d'impunité qu'inspire ce refus, il convient de souligner la brèche ouverte à la communication des autres acteurs politiques présents à l'hémicycle.

En effet, dans un tweet caustique à l'égard du procureur de la République l'honorable Ousmane Gaoual Diallo, bouillant élu de l'UFDG, vient de faire d'une pierre deux coup.

D'un côté il s'offre le plaisir de titiller celui avec qui il entretien une inimitié de notoriété publique, de l'autre, ce geste lui permet de mettre le bureau de l'assemblée dans une posture très inconfortable en cas de plainte le concernant par rapport a cette sortie numérique.

La logique d'équité impose qu'il ne soit pas inquiété pour des fait similaires à ceux pour lesquels Damaro Camara semble avoir bénéficié d'absolution ne serait-ce que temporaire, de la part de l'organe de direction du parlement.

Considérant le fait de jurisprudence que tout ceci génère,  sage serait-il de se poser la question ci-dessous :

Jusqu'où iront les conséquences de cette décision du bureau de l'assemblée ?

Madrid Diallo

pour Kassianews.com


Publicités

Donnez votre avis dans l'espace commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Instagram did not return a 200.
%d blogueurs aiment cette page :